Quelques conseils et recommandations

 

Les personnes autistes ont d’énormes difficultés à décoder le langage et les codes sociaux, ce qui engendrent pour eux un stress important, et donc des comportements « inappropriés ».

 

C’est un peu comme si dans l’instant, on vous projetait dans un village de Papouasie perdu dans la jungle : ne seriez-vous pas un peu stressés de ne connaître ni le dialecte, ni les coutumes ?  Peut-être un peu…

 

Le système de communication n’étant pas inné pour eux, il faut donc donner aux personnes autistes les outils leur permettant de développer la compréhension de leur environnement et pouvoir interagir de façon la plus adaptée possible. Et donc leur donner le plus d’autonomie possible.

 

Les prises en charges préconisées sont regroupées sous le terme de « remédiation cognitive », terme certes un peu barbare pour des non-initiés : il s’agit en fait tout simplement de profiter de la plasticité cérébrale, pour réaliser une « rééducation » du cerveau.

D’où l’importance de réaliser le plus tôt possible ce diagnostic…(les enfants ont un cerveau très « malléables »).

 

Il n’y a pas une recette miracle : chaque personne autiste étant différente, il est important que sa prise en charge soit totalement adaptée. Il faut dans chaque cas, réaliser du « sur-mesure ».

De manière très simplifiée et très résumée, cette rééducation est réalisée via le biais :

- Des intérêts particuliers des personnes autistes qui sont utilisés pour développer son attention

- De leurs pics de compétences (certes plus ou moins élevés)

- Des « renforcateurs » : il s’agit de récompenses quand  une consigne est bien appliquée

- D’outils permettant le développement de la communication : PECS, images, photos, gestes…

 

Les orthophonistes et psychomotriciens sont des alliés précieux.

 

Quand cela est possible, il est privilégié une intégration scolaire en milieu ordinaire avec un accompagnement adapté (Auxiliaires de Vie Scolaires individualisées (AVSi)). Malheureusement, 80 % des enfants autistes ne sont pas scolarisés…la loi du 11 février 2005 est très loin d’être respectée pour nos enfants.

 

Un environnement structuré, la mise en place d’emplois du temps annonçant les activités ainsi que le moindre changement, permettent aux personnes autistes d’être « rassurées ».

 

Les progrès peuvent être spectaculaires, ou plus longs à se faire attendre (on observe souvent des phases de stagnation)…le tout est de ne pas se décourager. 

 


 

Pour vous aider :

 

 * Autisme Diffusion     http://www.autismediffusion.com/

 

 

 * EDI Formations          http://autismeformation.free.fr/

 

 

 * Autisme 87                       uploaded/brochure-autisme-87.pdf

 



Réagir


CAPTCHA